former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, apprendre à désapprendre
31 Oct.

Apprendre à désapprendre : 6 clefs pour réussir

APPRENDRE A DESAPPRENDRE AVEC LE FUNNY LEARNING

former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, apprendre à désapprendre

Le monde change et de plus en plus vite ! Chacun d’entre nous ressent la complexité croissante du système auquel il participe comme si nous étions les bâtisseurs d’une fourmilière dont aucun individu n’aurait le plan d’ensemble... Au mieux possédons nous de vieilles cartes de connaissance du siècle passé...


Pour la première fois dans notre histoire, chaque génération connaît plusieurs modifications majeures de son environnement détruisant les vérités du jour d’avant, induisant souvent la perte de repères, la cécité face aux changements et une rigidité comportementale.

"C’est ce que nous pensons déjà connaître qui nous empêche souvent d’apprendre." Claude Bernard

Plus que quiconque, les experts, les séniors dans leur poste, qui appuient leur décisions sur une forte base de connaissance et de solides croyances qui leur ont permis de réussir, sont les moins aptes à penser différemment et à changer de paradigme. (ce point est encore renforcé dès lors qu’une perte de privilège ou de statut se profile à l’horizon…). C’est ce que démontre cette vidéo qui corrobore de très nombreuses études en neurosciences. En effet, notre cerveau principal organe de survie, créé des automatismes, tels des rails, qui lui permettent de moins consommer d’énergie. Pour cette raison, désapprendre est plus douloureux que de partir d’une page vierge…

Un nouveau défi émerge désormais pour les institutions, les entreprises et ceux qui facilitent le changement : apprendre à désapprendre afin de penser autrement et favoriser l’innovation disruptive. Le Funny Learning® propose aux acteurs du changement une démarche concrète, assortie de capsules (séquences pédagogiques) pour accompagner de telles pratiques :


1. Pour le facilitateur, le Funny Learning vous propose de suivre les recommandations évoquées par John Médina

  • Travailler sur sa propre posture et engager pour lui-même des changements… (il n’est pas si rare de voir des experts théoriser sur les changements en faisant preuve d’une grande rigidité comportementale).
  • Comprendre sa personnalité avec le profil 4 colors® et les différents styles d’apprentissages
  • Maitriser les 8 piliers des neurosciences.

2. Faciliter pour les apprenants, la connaissance, la confiance en soi et envers les autres :

 (pour faire un grand pas vers l’inconnu, il faut prendre un solide appui sur le socle de sa propre personnalité). La capsule « Questions que j’aimerai que l’on me pose » ou « la curiosité n’est plus un vilain défaut » permettent de créer rapidement la confiance en soi et dans le groupe.


3. Casser les routines de manière joyeuse, introduire le désordre :

former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, apprendre à désapprendre

Cet objectif peut s’illustrer par exemple en jouant sur un accueil surprenant (musique, décor), un espace stimulant (fini les tables, place à de drôles de sièges et des ballons instables), ou avec la capsule « le grand déménagement » (qui consiste à demander aux participants de changer rapidement de place au signal de la musique. Au départ toutes les heures, les participants prennent soin d’emmener leurs affaires et à la fin, en mouvement toutes les 5 mn, de voyager léger…)


4. Faire conscientiser les reflexes et automatismes, limites mentales, freins et habitudes relationnelles d’un groupe :

Des capsules telles le mind mapping ou « le pont de la rivière Kwai » visant à construire collectivement mettent facilement à jour la singularité des personnes et des comportements. Ainsi les introvertis (vert/bleu) peuvent par exemple exprimer le besoin de travailler en profondeur, en se donnant du temps pour la réflexion et la difficulté à s’exprimer ou trouver leur place dans le groupe. Les extravertis (rouge/jaune) de leur côté exprimant leur besoin d’aller vite et occuper tout espace vide. Chacun prend ainsi conscience de la valeur qu’il apporte au groupe et de sa responsabilité à oser. C’est aussi l’occasion de se situer face aux changements. Car sur ce point nous sommes loin d’être égaux…

5. Inviter au lâcher prise, ne plus juger, faire la place à l’erreur, aux doutes, aux émotions, fêter le courage et la prise de risque sans s’attacher au résultat.

Pour cela, des capsules qui mettent le corps en mouvement (le cerveau n’en est que mieux oxygéné…) issues de l’improvisation théâtrale ou le brain gym permettent de se lancer, de se surprendre et prendre du plaisir dans l’incertitude.

6. Faire émerger de nouveaux référentiels qui donnent du sens, favorisent l’implication de chacun et permettent au groupe de modéliser le processus, devenir autonome et finalement se passer de vous !!

Pour aller plus loin :


Ajouter un commentaire

  • 1000 caractères restants
Antispam