former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, donner plaisir à apprendre
24 Oct.

Apprendre par le plaisir et l’exploration : le cerveau en redemande !

Avant de démarrer la lecture de cet article, je vous propose de visionner cette vidéo extraordinaire dans laquelle vous verrez un oiseau sauvage faire du surf sur un couvercle de margarine…

Le cerveau, le notre et celui des animaux est un explorateur par nature.

 

former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, apprendre à désapprendre

Il déteste l’ennui ! Pourquoi cet oiseau fait il du surf ? Pour 2 raisons principales : prendre du plaisir et générer des solutions :

Prendre du plaisir à apprendre :

Le cerveau va vers ce qui lui fait plaisir et évite la douleur[1]. Le circuit de la récompense[2] explique pour partie ce phénomène de motivation grandissante : la stimulation de cette zone incite un individu à reproduire l’action à l’origine de la récompense. Manger, boire, se reproduire ou avoir un comportement maternel sont autant d’activités essentielles pour la survie de l’individu et de l’espèce. Au cours de l’évolution, la sélection naturelle a associé à ces comportements de fortes sensations de satisfaction. Un véritable circuit de la récompense s’est donc développé pour favoriser ces comportements reliés aux besoins fondamentaux ; il s’est ensuite élargi pour inciter à répéter les expériences plaisantes apprises au cours de la vie. Le circuit de la récompense est donc au cœur de l’activité mentale et oriente tous les comportements. Et Le messager chimique assurant la connexion entre ces neurones est la dopamine, dont l’augmentation, dans cette zone et dans d’autres régions, produit un effet de renforcement sur des comportements liés à la satisfaction de nos besoins fondamentaux. A l’instar de l’apprentissage procurant du plaisir, ce même circuit de la récompense est en action lorsqu’un drogué rêve de sa dose, obtient un plaisir fugace, qui fait rapidement place à l’envie d’une dose supérieure. Nous pouvons donc tous devenir « accros » au savoir ! Le jeu utilisé en présentiel, distanciel, numérique ou traditionnel, est un puissant levier pédagogique. N’ayez plus honte de faire jouer, même les adultes !

Générer des solutions

former avec neurosciences,funny learning, pédagogie innovante, apprendre à désapprendre:

Rappelons que le cerveau est le premier organe de survie... C’est une machine à anticiper, qui utilise des modèles internes du corps et externes du monde. Les neurosciences et la physiologie découvrent de plus en plus, dans le fonctionnement du vivant, l’existence de ces mécanismes conjuguant le mouvement, la perception, la décision, l’interaction avec autrui. En pédagogie, Célestin Freinet (1896-1966) a démontré cette conviction, en développant une pédagogie de la découverte par l’apprenant, lui permettant à la fois d’être moteur et demandeur. Fini l’enseignant-sachant perché sur son estrade : bien plus qu’une rénovation méthodologique, la pédagogie Freinet est une refondation de l'école : le savoir ne naît pas à l'école, mais il provient de la vie quotidienne et de l'intelligence sociale. Le tâtonnement expérimental devient un axe essentiel ou l’erreur est source d’apprentissage: les élèves émettent des hypothèses personnelles, les vérifient par une phase action-essai et ainsi la connaissance se construit. Une hypothèse erronée est abandonnée ou bien remplacée par une autre. 

En lire plus avec "Funny Learning : quand les neurosceinces réinventent vos formations" Dunod

[1] MEDINA John : « L’activité physique, le calme, la gentillesse, le rire et l’empathie favorisent la plasticité neuronale. »

[2] Les recherches de Olds et Milner ont conduit, dès 1950, à se pencher sur ce système impliquant différentes structures du cerveau distribuées le long du faisceau médian du télencéphale : aire tegmentale ventrale (ATV), amygdale, noyau accumbens, septum et cortex préfrontal


Ajouter un commentaire

  • 1000 caractères restants
Antispam