Quand les neurosciences réinventent vos formations !

Funny Learning

TEAM COACHING : Allier les soft skills aux hard skills et déjouer collectivement les biais cognitifs

 

Dans un monde accéléré et complexe, seules les équipes agiles, valorisant la diversité des perceptions et des comportements, sont en mesure de faire face aux défis multiples qui s’annoncent.

Collaborer, s’adapter et innover ne s’improvise pas. Pour cela, chaque membre d’une équipe doit travailler sur lui-même afin de comprendre comment valoriser ses talents, déjouer ses propres biais cognitifs et trouver sa place au sein d’un collectif agile.

  • Identifier et déjouer les biais
  • Marier les soft skills DISC aux différentes phases d’un projet

Ces thèmes sont proposés au cours d’une journée ADD ON aux certifiés d’une méthode DISC, permettant d’accompagner les équipes avec deux jeux de cartes et de plateaux ainsi que de nombreuses capsules pédagogiques.

 

 

Identifier et déjouer les biais cognitifs

Il est si difficile de déjouer les biais que Daniel Kahneman lui-même, (Nobel d'économie qui a mis à jour la théorie des biais), s’est vu reprocher d’avoir produit des biais… Les zététiciens[1], eux-mêmes qui pratiquent l’art du doute et de l’approche rationnelle, ne sont eux-mêmes pas exempts de biais…

Connais-toi, toi-même

Prendre conscience du rôle de ses émotions, de leur impact sur ses pensées et ses décisions est déterminant.  Se connaître soi-même est le premier pas pour comprendre ses propres biais et identifier ceux des autres.

Jeu de cartes biais : team coaching 4Colors

Douter, questionner

Plutôt que de chercher des réponses simples, prendre un temps de recul pour envisager la situation sous un autres angle est une excellente option. Se mettre dans la peau d’un détracteur qui affirmerait que vous avez tord permet d'ouvrir ses champs de reflexion.

Bien s'informer

S’interroger sur les informations que nous partageons pour éviter de propager de fausses informations. Est-ce un média reconnu ? Une personne crédible ?  Chercher les sources. Est-ce qu’on cite des faits, des chiffres ?

Jouer collectif

Puisqu’il y a plus de neurones dans plusieurs têtes que dans une seule, pour réduire ses propres défaillances de jugement, interroger ses collègues, sur leur perception d’un problème et les solutions possibles, sans émettre d'avis. Avec un peu de chance, les biais collectifs des uns contrebalanceront ceux des autres…

Marier les Soft skills de la méthode DISC et les phases d’un projet

Découvrir qu’on ne peut attendre des autres qu’ils nous ressemblent et qu'ils soient doués de nos qualités, permet de fluidifier les échanges, d’amener sa valeur dans la gestion d’un projet et de réduire la guerre des egos et des frustrations...

Ajuster les comportements aux phases d’un projet, c’est un peu marier les Soft skills aux Hard skills, allier le coeur à la raison. Ainsi, il appartient à chaque membre d’une équipe de contribuer activement au bon moment d’un projet et de ne pas freiner en zone d’inconfort.

1. Analyser l'existant

Une phase clef dans la gestion d'un projet qui permettra aux bleus dominants, en parfaite zone de confort, d'amener leurs talents d'analyse pour inventorier l’existant, lister les ressources et évaluer les risques.

2. Fixer des objectifs

La phase 1 dument explorée, le GO pourra être donné pour libérer l’énergie des rouges dominants qui rongeaient leurs freins jusque là. Il sera temps de fixer des objectifs ambitieux, des dead lines, booster le groupe afin d'accélérer les décisions.

3. Rechercher des solutions

Trop souvent, la solution choisie est la première disponible, privant l'équipe de choix alternatifs. La créativité des jaunes dominants et leur capacité à penser « out of the box » pourrait amener l’équipe à ouvrir les esprits et faire des pas de côtés. Le meilleur chemin n'est pas formcément celui de la ligne droite...

4. Mettre en oeuvre

De supers idées sans capacité à les déployer ne valent rien. Les rouges et bleus dominants seront à même d’organiser la mise en œuvre en s’appuyant sur de nouveaux outils de pilotage phasés dans le temps.

5. Contrôler et suivre

Les rouges et jaunes dominants rêvent déjà d’engager de nouveaux projets. Les verts dominants peuvent proposer une boucle d’expérience, écouter le retour de chacun et tirer les leçons des précédentes étapes pour corriger et engager de nouveaux projets enrichis des pratiques collaboratives...

Ainsi la boucle est bouclée, riche de la contribution colorée de chacun ! Le tout en s'appuyant  sur des ateliers collaboratifs, jeux de cartes et jeux de plateaux !

[1]  Du grec ancien zetetikos, qui aime rechercher. La zététique est définie par son créateur Henri Broch comme « l'art du doute », le terme d'art devant être compris au sens médiéval d’habileté, de métier ou de connaissance technique, en clair, de « savoir-faire » didactique qui, sans être une fin en soi, est un moyen pour la réflexion et l’enquête critiques

 

 

Leave a comment

required
will not be published, required